Maghreb

ALG : Raouraoua muet sur les finances

ALGERIE

Des faits marquants ont été relevés cette semaine et montrent combien la gestion de a FAF baigne dans l’opacité. Ainsi, le Bureau Fédéral de Raouraoua III s’est réuni une nouvelle fois avec ou sans quorum puisqu’aucun nom n’y figure (la photo sur le site n’est que remplissage). On ne saura pas les raisons qui font que « les questions administratives et financières »,  clôturent toujours les « débats », sans aucun commentaire et sans qu’aucun chiffre ne soit publié. On ne saura pas pourquoi la présence de la société égyptienne Arab Contractors soutenu par l’ami  Sami Zahir, au Centre national de Sidi Moussa, reste toujours «clandestine».  On ne saura pas quel accueil a été fait à la lettre de démission de Belaïd Lacarne du Bureau Fédéral qui après  avoir servi durant une cinquantaine d’années le football national a décidé de quitter la FAF. On ne saura pas non plus pourquoi nos sélections des U16 et des U19 n’ont pas participé aux tournois traditionnels de l’Union nord africaine (UNAF) qui comprenaient la Tunisie, le Maroc, la Mauritanie et le Burkina Faso (nation invitée) et qui ont duré du 9 au 14 juin à Tunis.

Doit-on conclure que la FAF ne fait plus partie de l’UNAF, organe de la CAF dont l’Algérie est membre fondateur ? Faut-il croire que Raouraoua III fait passer ses intérêts personnels avant ceux du football algérien, tout simplement, parce qu’il n’a pas pu s’imposer au sein de l’instance continentale et qu’il ne dirige plus l’UNAF ? Comme pour camoufler ces quelques faits énumérés, le BF  «se félicite de la bonne prestation de l'équipe nationale et du résultat obtenu contre les Seychelles et encourage les joueurs et les staffs à persévérer pour garantir la qualification à la CAN 2017». Et cerise sur la gâteau, il organise en grande pompe, au Sheraton, une cérémonie, - la première durant les trois mandats de Raouraoua III - pour récompenser les 37 clubs champions dans toutes les divisions. Les présidents des clubs professionnels de la L1 Mobilis étaient présents alors que ceux des clubs amateurs étaient mis aux oubliettes. Pourtant, les professionnels font partie de la Ligue professionnelle. Ils n’ont rien à voir. Ils ont tout intérêt à rendre autonome et performante leur structure, comme toutes les Ligues professionnelles de par le monde. Le responsable est Mahfoud Kerbadj. La FAF a pour rôle de développer le football amateur, dans l’harmonie et non dans l’exclusion des compétences nationales et  l’ingratitude.

AB. LAHOUARI / IN BOTOLA

 

MAR : La FRMF signe des conventions de partenariat

MAROC

QUATRE CONVENTIONS DE PARTENARIAT ONT ETE SIGNEES PAR LA FÉDÉRATION ROYALE MAROCAINE DE FOOTBALL (FRMF) AVEC QUATRE FÉDÉRATIONS DU CONTINENT. Il s’agit des fédérations du Burkina Faso, de la Gambie, du Rwanda et du Burundi. 
Ces conventions porteront sur la coopération dans tous les domaines notamment 
de la formation des arbitres et des entraîneurs ainsi que la programmation des matchs amicaux entre les équipes nationales desdits pays. Ce rapprochement devra dynamiser la coopération entre lesdites fédérations de façon à tirer vers le haut la pratique du football dans les pays concernés. Cela s’appelle également de la diplomatie sportive. Dans quel but ?

 

-

 

 

ALG : L'élève de Lacarne pour les instructeurs

ALGERIE

Cinquante deux ex-arbitres dont (peut-être) Haïmoudi Djamel vont passer un stage d’instructeurs locaux du 4 au 9 juin à Alger. Ils seront encadrés par l'ex-arbitre international expert FIFA, le Mauricien Lim Kee Choong. Ce dernier qui a arbitré la finale de la CAN en 1994 à Tunis, remporté par le Nigeria est un élève de l’ex-membre de la commission d’arbitre de la FIFA et de la CAF, Belaïd lacarne (membre du bureau fédéral). Encore une initiative de Raouraoua III pour exclure les compétences nationales. A l'issue de ce stage, les arbitres qui décrocheront le grade d'instructeur seront répartis au niveau des ligues pour encadrer la formation des arbitres à travers le pays. Le pourcentage par région n’a pas été divulgué par la FAF. – IN BOTOLA.

 

ALG : Grogne au sein du corps arbitral

ALGERIE

Devant la situation lamentable qui prévaut dans l’arbitrage algérien depuis le départ de Belaïd Lacarne, des arbitres préparent une action de protestation de grande ampleur pour «dénoncer la clochardisation du corps arbitral livré à des prédateurs qui agissent à ciel ouvert sans être inquiétés par ceux qui ont la responsabilité de veiller à la bonne tenue et marche de l’arbitrage » indique une source proche de la DNA.

Les scandales à répétition qui ont bercé l’actualité dans le domaine de l’arbitrage ont sorti de leurs gongs des hommes en noir qui n’acceptent plus de laisser ce corps entre les mains de ceux qui sont en train de lui préparer un enterrement de première classe. A cet effet, une pétition est en train de circuler pour exiger le retour de Belaïd Lacarne « un homme propre, intègre et compétent que des cercles occultes ont éjecté du circuit pour s’adonner aux pratiques qui sont aux antidotes de ce que doit être l’arbitrage », martèle notre interlocuteur.

Il est vrai que depuis le départ de Belaid Lacarne, l’arbitrage algérien est au plus mal, livrer à l’appétit féroce de ceux qui ont en fait un juteux fonds de commerce. L’une des premières actions que les arbitres comptent entreprendre lors de la dernière journée est d’arrêter la partie pendant plusieurs minutes en signe de protestation contre la hogra et les passes droits qui devenus courants depuis le départ de Belaid Lacarne qui reste toujours dans la plus totale discrétion membre du Bureau Fédéral. La pétition circule à travers toutes les régions du pays et bénéficie de l’adhésion des arbitres du grade de régional à celui d’international. - (In BOTOLA)

 

ALG : Raouraoua n' est pas au procès Khalifa

ALGERIE

A l’inverse du président de la JS. Kabylie, Mohand Cherif  Hannachi qui s’est déplacé au tribunal de Blida pour une audition en tant que témoin de l’affaire de l’escroc international Abdelmoumen Khalifa, l’actuel gestionnaire de la Fédération Algérienne de Football (FAF) s’est fait une mission « bidon ».  Il s’est rendu au Caire où sa présence n’était pas obligatoire pour assister au tirage au sort des deux compétitions africaines (Ligue d’Afrique des Champions – C1 et Coupe de la CAF –C2). Ainsi, il a reporté son audience pour tirer les boules jaune et rouge (chaudes ?) qui n’ont pas porté chance aux trois équipes algériennes (MCE. El Eulma, USM. Alger et le détenteur du trophée, l’ES. Sétif). A signaler que lors du premier procès d’Abdelmoumen Khalifa, Raouraoua III avait affirmé à la barre qu’il lui devait sa place à la tête de la Fédération. –RS

 
Plus d'articles...