Weblinks

CAF : Ahmad ne veut pas de Raouraoua

MEDIAS

L’ex-gestionnaire de la FAF, Mohamed Raouraoua n’en finit pas de colporter les rumeurs pour faire diversion et occuper l’espace médiatique algérien. Alors qu’il risque de perdre sa place dans les prochains jours au sein du CE de l’Union Arabe de Football, il tente vaille que vaille de berner l’opinion publique algérienne. Ainsi, dans le quotidien algérien Liberté, Il annonce son retour à la CAF, comme membre permanent après avoir perdu son poste, battu par le marocain Lekjaa (47 voix contre 7) lors de l’AGE d’Addis Abeba qui a vu la fin de régne du Cameronais Issa Hayatou. De source sûre de la CAF, il s’agit ni plus ni moins que de vaticination. Ahmad a déjà coopté au CE, deux membres : le mauritanien Ahmad Yahia et l’Ougandais Moses Magogo.  Et bénéficie de deux conseillers : Ludovic Lomotsy (Juridique) et Hedi Hamel (Communication et Stratégie). Et cela conformément aux statuts de l'instance africaine.

 

CAF : Après le papy, le papa... le petit Fahmy

ECONOMIE

La CAF a annoncé la nomination d’Amr Fahmy (34 ans) au poste de secrétaire général de l’instance. Avant lui, son père Mustapha Fahmy (1982-2010) et son grand-père Mourad Fahmy (1961-1982) avaient occupé les mêmes fonctions. "De nationalité égyptienne, il a été proposé au Comité Exécutif par le président de la Confédération Africaine de Football, M. Ahmad, conformément aux dispositions statutaires. Le Comité Exécutif a marqué son accord pour sa nomination, au cours de sa session tenue ce 16 novembre 2017 à Rabat au Maroc", précise l’instance. Amr Fahmy a déjà travaillé à la CAF de 2007 à 2015 avant un intermède de 2 ans chez Lagardère Sport. En somme, il n'a jamais quitté la sphère de la Confédération Africaine de Football.

 

ALG : Le Cameroun a-t-il versé les 500.000 $

ECONOMIE

Mais qu’en est-il de l’a aire du forfait du Cameroun en match amical du 15 novembre 2011, contre l’Algérie à Alger ? Le dossier a-t-il été classé sans suite par l’ancienne direction de la FAF dirigée par le gestionnaire Mohamed Raouraoua pour ce qui est indemnités à percevoir ? On se souvient que la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) avait annoncé sur son site que la FAF, dirigée par l’ancien gestionnaire Mohamed Raouraoua, avait accepté «un arrangement à l’amiable» et le principe d’un dédommagement de 400.000 euros environ. Dans son communiqué, il était dit que «le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de football, bien que considérant que le préjudice moral et sportif causé demeure considérable, a accepté la proposition de la Fecafoot de payer environ 500.000 dollars au titre de dommages et intérêts subis par la décision de l’équipe nationale du Cameroun de ne pas se rendre en Algérie pour disputer ledit match». Il était dit également que «la partie camerounaise devra s’acquitter de cette somme suivant un échéancier qui s’étale entre décembre 2011 et mars 2012 ».
Depuis, lors des assemblées générales ordinaires de la FAF qui se sont succédées, à la lecture du bilan nancier, il n’a jamais été question de cette somme. Ses membres qui recevaient le document à la veille de la réunion n’ont jamais eu le temps de l’étudier correctement. A-t-elle était encaissée? Ne l’a-t-elle pas été ? Et dans ce cas, il importe à la nouvelle fédération présidée par Zetchi Kheïredinne de s’y intéresser de près, surtout si lors de son installation à la tête de la FAF, il n’a pas été informé sur ce dossier par l’ancienne direction. Interrogés par la rédaction de BOTOLA, nos confrères camerounais n’ont pu donner de réponses adéquates. Ils expliquent que la Fecafoot vit depuis plusieurs années une déstabilisation permanente et que le président de l’instance du football du pays, Mohamed Iya se trouve actuellement en prison pour «détournements de fonds». Peut-être que le seul moyen plausible d’une traçabilité reste la Banque centrale. Et naturellement l’arbitrage de la FIFA pour récupérer les 500.000 dollars. En ce temps de crise, c’est toujours bon à prendre. (BOTOLA)

 

CM : Tirage au sort le 1er décembre à Moscou

MEDIAS

La FIFA a annoncé que le tirage au sort de la phase de groupes du Mondial 2018 se tiendra le 1er décembre prochain au Palais des congrès du Kremlin, à Moscou à 18h00 heure locale (15h GMT). Pour l’occasion, les 32 sélections qualifiées seront réparties en 4 chapeaux constitués sur la base de l'édition d'octobre 2017 du classement mondial FIFA. Elles seront ensuite affectées dans l’un des 8 groupes composés chacun de 4 équipes. Le Nigeria et l’Egypte ont validé leur billet pour la compétition dans la zone CAF.

 

ALG : Le putsch sauvage déjoué contre Zetchi

MEDIAS

Alors que l’Algérie fêtait le 63ème anniversaire du déclenchement de la glorieuse révolution de novembre 1954, des loups sont sortis du bois pour mener un putsch contre le président de la Fédération Algérienne de Football (FAF) Kheireddine Zetchi et son Bureau Fédéral à l’hôtel Marriott de Constantine. Ce soir-là, veille également de la finale de la Super Coupe d’Algérie, le maître de cérémonie, Mahfoud Kerbadj, président de la Ligue de Football Professionnel (LFP), avait sonné le rappel de plusieurs présidents de ligues et autres invités, dont plusieurs membres de l’assemblée générale de la FAF. Parmi les convives, des anciens membres de l’ancienne direction dont Khelil Hammoum, ex- président de la commission fédérale d’arbitrage. Une présence guère fortuite. Il avait comme mission de ramasser le maximum de signatures pour la convocation d’une assemblée générale extraordinaire.

Cette opération stupide, dont l’instigateur est connu et qui n’a pas digéré totalement son exclusion tout à fait démocratique de la famille du football, Hammoum Khelil, un vétérinaire qui n’a jamais su faire la différence entre une vache et un sifflet et qui de surcroît n’est plus structuré au sein des instances a été chargée de la réaliser. Mal informé du nouveau rapport de force au sein du football algérien, il a sollicité le président de la Ligue de Béchar dans sa chambre en lui demandant de se munir de son cachet et de sa griffe pour signer ue pétition. Mais ce dernier, sentant le coup tordu, a alors alerté immédiatement, Amar Bahloul et Rachid Gasmi, tous deux  membres élus du bureau fédéral et chargé des relations. Leur réaction ne s’est pas faite attendre.

Devant les caméras de plusieurs télévisions privées, Bahloul a menacé Hammoum et consorts d’une confrontation avec les personnes sollicitées, ce qui a obligé Kerbadj, qui se trouvait avec Mohamed Mecherara (tiens ! tiens !!!!, il n’a pas oublié l’ami de 40 ans) et Hamid Haddadj, de calmer le jeu. Mais le scandale ne pouvait plus passer inaperçu et les autorités informés n’ont pas voulu cautionner par leur silence, cette énième action destabilatrice. Le ministre de la jeunesse et des sports, El-Hadi Ould Ali, a dénoncé ces comportements vils et ses attitudes qui confirment, preuves à l’appui, que le complot contre Zetchi n’est pas une vue de l’esprit, mais une amère réalité. Au Bureau Fédéral de réagir pour mettre fin à ces tentatives dont certains médias y font des choux gras et donnent une mauvaise image du football national à l’étranger. (IN BOTOLA)

 
Plus d'articles...
микрозайм на карту