Weblinks

MAG: L'ardoise salée de Raouraoua à l'UNAF:

INTERNET
Une autre patate chaude pour le Bureau Fédéral de la FAF et son président, Zetchi Kheïredinne. L’ex-gestionnaire de la FAF, Mohamed Raouraoua n’a pas payé durant cinq années, la quote-part annuelle de l’instancé fédérale auprès de l’Union des Associations Nord Africaine de Football (UNAF) qui est de 30.000 euros. Pour le Comité Exécutif de cette structure, c’est l’une des raisons pour lesquelles, ils n’ont pas pu réaliser les programmes annuelles notamment celui de la formation. Le comportement de l’ex-gestionnaire est lié au fait qu’il n’a pas « digéré»  que les associations nationales des pays voisins, rejettent  un amendement qui aurait mis fin au turn over pour la présidence de l’UNAF. Cette manière de procéder a isolé la FAF et signé le grand retour du Maroc au sein de la CAF lors de l’assemblée générale élective. – (In BOTOLA)
 

AFR : Un nouveau Comex à l'AIPS - Afrique

MEDIAS

Un nouveau Bureau exécutif a été élu lors du congrès de l’AIPS Afrique qui vient de se dérouler à Nairobi (Kenya). Seul candidat à son poste, le Nigérian Mitchell Obi a été reconduit au poste de président, pour un nouveau mandat de quatre ans. L’Association des journalistes sportifs algériens (AJSA), membre de l’AIPS Monde depuis 1996, y été représenté à Nairobi par Bessol Nazim, le directeur de la rédaction de Botola. Celui-ci a fait une intervention remarquée au cours de laquelle, il a insisté sur le principe d’indépendance et de défense de la liberté d’expression, tout en mettant en exergue l’apport bénéfique de l’Etat algérien pour le développement de la presse sportive. Il a également insisté sur le respect des textes par l’AIPS – Afrique qui les avait bafoué durant ce congrés. Celui-ci qui a réuni 22 pays africains, s’est déroulé en présence du président de l’AIPS Monde, l’italien Gianni Merlo, accompagné de sa Vice-présidente Evelyn Watta, du président de l’AIPS-Europe et du Secrétaire général de l’AIPS-Asie. - A noter que deux autres journalistes sportifs seront élus comme membres du Bureau exécutif de l’AIPS Afrique, lors du congrès de l’AIPS Monde qui se déroulera en mai 2018 à Antalya (Turquie). Deux femmes journalistes seront également cooptées à cette occasion pour occuper les mêmes fonctions.

 

CAF : Ahmad ne veut pas de Raouraoua

MEDIAS

L’ex-gestionnaire de la FAF, Mohamed Raouraoua n’en finit pas de colporter les rumeurs pour faire diversion et occuper l’espace médiatique algérien. Alors qu’il risque de perdre sa place dans les prochains jours au sein du CE de l’Union Arabe de Football, il tente vaille que vaille de berner l’opinion publique algérienne. Ainsi, dans le quotidien algérien Liberté, Il annonce son retour à la CAF, comme membre permanent après avoir perdu son poste, battu par le marocain Lekjaa (47 voix contre 7) lors de l’AGE d’Addis Abeba qui a vu la fin de régne du Cameronais Issa Hayatou. De source sûre de la CAF, il s’agit ni plus ni moins que de vaticination. Ahmad a déjà coopté au CE, deux membres : le mauritanien Ahmad Yahia et l’Ougandais Moses Magogo.  Et bénéficie de deux conseillers : Ludovic Lomotsy (Juridique) et Hedi Hamel (Communication et Stratégie). Et cela conformément aux statuts de l'instance africaine.

 

CAF : Après le papy, le papa... le petit Fahmy

ECONOMIE

La CAF a annoncé la nomination d’Amr Fahmy (34 ans) au poste de secrétaire général de l’instance. Avant lui, son père Mustapha Fahmy (1982-2010) et son grand-père Mourad Fahmy (1961-1982) avaient occupé les mêmes fonctions. "De nationalité égyptienne, il a été proposé au Comité Exécutif par le président de la Confédération Africaine de Football, M. Ahmad, conformément aux dispositions statutaires. Le Comité Exécutif a marqué son accord pour sa nomination, au cours de sa session tenue ce 16 novembre 2017 à Rabat au Maroc", précise l’instance. Amr Fahmy a déjà travaillé à la CAF de 2007 à 2015 avant un intermède de 2 ans chez Lagardère Sport. En somme, il n'a jamais quitté la sphère de la Confédération Africaine de Football.

 

ALG : Le Cameroun a-t-il versé les 500.000 $

ECONOMIE

Mais qu’en est-il de l’a aire du forfait du Cameroun en match amical du 15 novembre 2011, contre l’Algérie à Alger ? Le dossier a-t-il été classé sans suite par l’ancienne direction de la FAF dirigée par le gestionnaire Mohamed Raouraoua pour ce qui est indemnités à percevoir ? On se souvient que la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) avait annoncé sur son site que la FAF, dirigée par l’ancien gestionnaire Mohamed Raouraoua, avait accepté «un arrangement à l’amiable» et le principe d’un dédommagement de 400.000 euros environ. Dans son communiqué, il était dit que «le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de football, bien que considérant que le préjudice moral et sportif causé demeure considérable, a accepté la proposition de la Fecafoot de payer environ 500.000 dollars au titre de dommages et intérêts subis par la décision de l’équipe nationale du Cameroun de ne pas se rendre en Algérie pour disputer ledit match». Il était dit également que «la partie camerounaise devra s’acquitter de cette somme suivant un échéancier qui s’étale entre décembre 2011 et mars 2012 ».
Depuis, lors des assemblées générales ordinaires de la FAF qui se sont succédées, à la lecture du bilan nancier, il n’a jamais été question de cette somme. Ses membres qui recevaient le document à la veille de la réunion n’ont jamais eu le temps de l’étudier correctement. A-t-elle était encaissée? Ne l’a-t-elle pas été ? Et dans ce cas, il importe à la nouvelle fédération présidée par Zetchi Kheïredinne de s’y intéresser de près, surtout si lors de son installation à la tête de la FAF, il n’a pas été informé sur ce dossier par l’ancienne direction. Interrogés par la rédaction de BOTOLA, nos confrères camerounais n’ont pu donner de réponses adéquates. Ils expliquent que la Fecafoot vit depuis plusieurs années une déstabilisation permanente et que le président de l’instance du football du pays, Mohamed Iya se trouve actuellement en prison pour «détournements de fonds». Peut-être que le seul moyen plausible d’une traçabilité reste la Banque centrale. Et naturellement l’arbitrage de la FIFA pour récupérer les 500.000 dollars. En ce temps de crise, c’est toujours bon à prendre. (BOTOLA)

 
Plus d'articles...
scatvids.club javvids.com shemalecuties.top