scatvids.club javvids.com shemalecuties.top

Weblinks

ALG : L'amnésie chronique de Raouraoua

PRESSE

On s’attendait à tout, sauf à ce que l’ex-gestionnaire de la FAF, Mohamed Raouraoua soit frappé d’une grave amnésie. On le savait d’une santé fragile depuis la CAN 2017 du Gabon où victime d’un malaise, il s’est transporté à Paris, pour 48 heures, abandonnant l’EN à son triste sort (1). Mais cette fois-ci, il a fini par inquiéter les très connaisseurs lecteurs du journal en langue arabe, Echourouk, en donnant « sa » version, sur la nouvelle formule de la Coupe arabe. Une compétition de l’Union Arabe de Football (UAFA), non inscrite sur le calendrier international qu’il a fait fuiter dans quelques medias de la place.

Ainsi, omettant de signaler (sic) qu’il avait été promu par les Chouyoukh, responsable de la Commission des compétitions, donc de la gestion technique des rencontres, il s’est défendu en déclarant « Je n’ai pas choisi les clubs qui participeront à la Coupe Arabe et pour votre information, je n'ai pas assisté à la réunion au cours de laquelle les décisions ont été prises pour choisir les clubs participants. Je suis innocent de ce qui est dit ici et là. De plus je ne suis pas tenu de justifier mes positions à quiconque»

Des propos qui raisonnent dans le flou et l’amalgame pour mieux désigner, à qui incombe la responsabilité de cette initiative : « L'Union arabe a écrit à toutes les fédérations affiliés et fait part des nouvelles mesures prises pour la participation à la prochaine édition du tournoi. Le Bureau exécutif est celui qui a pris la décision d'inviter les clubs et a adopté des critères spécifiques pour la participation des équipes, le principal critère est d’avoir déjà remporté la Coupe arabe à l’exemple de l'ES Sétif et de l’USM Alger». Qu’à cela ne tienne !

Si effectivement, le « principal critère est celui d’avoir remporté la Coupe Arabe», les Chouyoukh et celui qui est censé représenté pour le moment, le football algérien au sein de cette instance, ont une terrible perte de mémoire. Il serait bon de leur rappeler que le Mouloudia d’El Hamri d’Oran (le quartier aux 200 martyrs dont une cinquantaine de footballeurs) a défilé par trois fois avec le trophée dans les artères de la ville aux deux lions, tout en perdant une finale. Le Widad de Tlemcen a également inscrit son nom sur une compétition arabe. Aussi, est-il nenni « le principal critère » comme argument. L’histoire ne peut être la servante du moment.

Reste maintenant, cette gaillardise qui n’en est pas une. Raouraoua a déclaré, en bombant certainement le torse, en forme de conclusion : « Je ne suis pas tenu de justifier mes positions à quiconque ». Or, cet argument n’engage que ceux qui y croient. Et plus particulièrement les partisans de la soumission volontaire. Il n’échappe à personne que le parcours de cet ex-gestionnaire de la FAF sur le plan national et international, il le doit à l’Algérie et à son football algérien quand il s’agit de football. Et tous ceux qui sont dans les instances internationales sportives savent qu’ils ont des comptes à rendre au pays qui les a désignés. Tout est là, sans amnésie. (AB. LAHOUARI - IN BOTOLA)

 

 

ALG : Air Algérie attend ses paiements de 2014

ECONOMIE

Après la fameuse affaire de la puce Mobilis et la facture salée de 2 MDA laissée par l'ex-président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, une puce affectée à son mentor et ancien président de la fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, voici une autre affaire qui remonte à la surface. Celle des billets d’Air Algérie datant de … 2014 ! C’était l’année de la Coupe du monde au Brésil et l’euphorie atteignait son comble, notamment du côté de la FAF où l’on dépensait sans compter. Mais voilà, il y a quelques jours la FAF aurait été sollicitée par la compagnie nationale Air Algérie pour honorer une vieille dette, dont le montant n’a pas été révélé. Le plus curieux, c’est qu’au niveau de la FAF aucune trace de factures n’a été trouvée.

En fait, cette affaire en cache une autre, avec le Touring Club où la FAF (sous l’autoritarisme de Mohamed Raouraoua), avait un contrat avec cette agence, mais dont la gestion demeure très floue, notamment en matière de facturation. Des zones d’ombre sont révélées, même si la fédération ne veut rien communiquer là-dessus. Une chose est sûre : ceux qui cherchent des poux dans la tête d’un chauve, même s’il ne l’est pas encore, en l’occurrence le président de la FAF, Kheïredinne Zetchi, n’ont qu’à mettre leur hargne et leur poussée investigatrice dans la gestion antérieure de son prédécesseur. - (In BOTOLA)

 

AFR : Le CAPS répond à l'AIPS-Monde

MEDIAS

A la suite de la lettre envoyée par l’AIPS-monde, signé par son président Gianni Merlo pour se plaindre de la création  de la Confédération africaine de la Presse (CAPS), son Conseil a réagi fermement par un communiqué. Il précise tout d’abord que les deux Présidents de la CAF et de la FIFA ne régissaient pas la profession de journalistes dans le monde et rappelle que « depuis plus de soixante ans, les nations africaines ont arraché leur indépendances souvent au prix du sang et de millions de martyrs. En recouvrant leurs libertés les nations africaines ont dans le même temps, affirmé leur liberté d’action, leur liberté d’expression, leurs libertés individuelles et leur liberté d’opinion. ». La CAPS souligne qu’en tant qu’ « Africains résolus à défendre nos droits clairement protégés par la déclaration universelle des droits de l’homme, et la charte sur les libertés fondamentales des Nations Unies, nous mépriserons désormais toute velléité hégémonique d’individus aventuriers d’un autre temps ou d’association visant à s’opposer à nos actions et nos projets légitimes.» Le Conseil de la CAPS estime que : « Non seulement , nous n’avons pas l’intention le moins du monde de renoncer à notre chère CONFEDERATION, mais nous allons au contraire intensifier nos actions, réunir tous les pays africains autour de cette belle idée et la faire connaitre dans le monde entier. C’est l’affirmation de notre réelle identité africaine.»

 

CAF: La commission des médias dissoute

PRESSE

La division communication a disparu de l’organigramme de la CAF et son responsable, le Camerounais Junior a été versé à une autre fonction en attendant la fin de son contrat qui doit se terminer à la  fin de l’année, à moins d’un arrangement à l’amiable. La commission des médias n’existe plus également depuis l’élection du Hadji Ahmad Ah- mad à la tête de la Confédération Africaine de Football en mars dernier à Addis Abeba. Le président de l’organisme continental est conseillé par l’Algérien Hedi Hamel nommé à ce titre comme conseiller en «communication et stratégie». Par ailleurs, le corps des officiers médias a été maintenu mais la sélection du personnel pour les grandes compétitions se fera dorénavant au cas par cas et avec l’accord des fédérations nationales. L’Algérie est représentée pour le moment par Kader Berdja installé à ce poste par l’ancienne direction de la FAF. Tout comme un de ses compatriotes Hamza Rahmouni (le journal Le Buteur) qui a couvert le CHAN à Casablanca pour le site CAFonline. Toutefois, une précision : le site est géré par une agence égyptienne privée qui recrute elle-même les journalistes.

 

CAN : Le Cameroun reste optimiste pour 2019

MEDIAS
"Les inspecteurs ont assuré avoir été agréablement surpris par ce qu’ils ont vu en termes de préparation au Cameroun", a assuré un membre du Comité local d’organisation (Cocan) après la visite des infrastructure par les inspecteurs de la CAF . "Les inspecteurs de la CAF sont arrivés au Cameroun avec des préjugés ; des gens leur avaient fait croire qu’ils ne verraient rien au Cameroun. Grande a été leur surprise quand ils ont mis les pieds dans les stades déjà construits et dans les chantiers de ceux en construction. Grande a encore été la surprise quand ils ont inspecté les hôtels." Les inspecteurs rendront leur rapport dans les prochains jours au CE de la CAF et en cas de retrait de l'organisation de la CAN EN 2019, des pays ont déjà annoncé leur candidature.


 
Plus d'articles...