Weblinks

ALG : Un arbitre agressé à Tadjenanent

MEDIAS

L'arbitre de la rencontre de la L1 Mobilis entre le CRB. Tadjenanet et le MC. Alger (0-1) a été agressé par un supporter qui lui reprochait de ne pas avoir sifflé un penalty. Malgré cette agression (un coup de boule), l'arbitre n'a pas arrêté la rencontre alors que les réglements de la compétition lui ordonnent de le faire. La rencontre était retransmise en direct. Une affaire à suivre.

 

ALG : Le vulgaire texto de Raouraoua

INTERNET

Indigeste, vulgaire et mesquin a été le texto envoyé par Raouraoua III au président Ali Fergani, de l’Association des Anciens Internationaux Algériens (AAIF) et l’indignation est grande au sein du monde du football. Dans ce texto que BOTOLA a obtenu une copie, Raouraoua III a traité Ali Fergani de «sélectionneur qui a échoué lamentablement », qualifié de « fantoche » l’association qui devrait «donner vos bilans financiers avant de donner des leçons aux autres», et de lui déclarer « tu n’auras jamais plus d’argent de la FAF». (1)

A la lecture de ce texto que l’on juge irresponsable et indigne de la fonction occupée par Raouraoua III, il est clair que le communiqué apaisé de l’AAIF a fait mouche. La réponse est conçue sciemment pour jeter le trouble aux yeux de l’opinion sportive et faire diversion. L’AAIF, pour la première fois n’a fait que « préciser sa position » quant à la situation actuelle du football national et des dernières événements survenus au sein des Verts à la fin du match contre le Cameroun (1-1) au stade Tchaker comptant pour les éliminatoires du Mondial 2018. Un simple constat et non une analyse (elle est pour plus tard) qui a fait sortir du bois Raouraoua III. Elle est ne l’oublions pas membre de droit de l’AG de la FAF.

Depuis une quinzaine d’année, le locataire de la FAF n’a jamais caché son animosité et parfois sa haine vis à vis de la dream team des années 1980 avec comme capitaine Ali Fergani. Il a pratiqué à leur encontre, la politique de l’exclusion. Aujourd’hui, plus que jamais, les « ambassadeurs » bardés de diplômes, sont aujourd’hui des témoins gênants pour celui qui n’a jamais été membre de la FAF et qui gravitait autour d’eux, sans aucune fonction officielle ( !?). Il n’a de cesse de vouloir les diviser. Sa dernière tentative qui a fait « tchouffa » a été de créer une « fondation fantôme » à un milliard, qu’il a fourgué à son « ami de 40 ans » Mohamed Mecherara. Un échec total, comme tout le reste.

AB. LAHOUARI (IN BOTOLA)

(1). Dans la majorité des pays, il  est fait obligation aux fédérations nationales et aux Ligues professionnelles d’accorder un certain pourcentage de leur budget global aux associations, telles que celles des joueurs professionnels, internationaux, arbitres, entraineurs … Pour la FAF, c’est au bon vouloir de Raouraoua III et en fonction des alliances du moment.

 

ALG : L'AAIF fustige Raouraoua III

MEDIAS

L’Amicale des Anciens Internationaux de Football (AAIF) présidée par Ali Fergani a tenu par un communiqué à « préciser sa position ». Pour les joueurs formés en France, elle déclare qu’ «il  s’agit la d’un faux débat qui masque les vrais problèmes qui se posent à l’équipe nationale, qui découlent de la politique entamée depuis plus d’une décennie (…), il est inadmissible que l’EN soit composé de 90% de joueurs formés en France, alors que le véritable  vivier est en Algérie, dans la mesure où ce dernier est sérieusement pris en charge. ». L’AAIF rappelle que « La FAF a le devoir de s’occuper (en plus de l’EN « A »), de l’amélioration  du niveau de nos championnats, surtout des jeunes catégories (…), qui intégrerait tous les acteurs du football national, en particulier les anciens internationaux présentant des compétences avérées ».

L’AAIF constate une grossière anomalie à travers le choix des techniciens par le président de la FAF qui n’est pas à sa première erreur de casting.  «Le  sélectionneur est choisi par le Président de la FAF seul, soit sous couvert d’une commission qui a pour unique rôle, de valider le choix du Président (…), il est important de rappeler aux joueurs et au Président de la FAF, que l’équipe nationale est un héritage qui a été transmis de génération en génération et que tous joueurs de l’EN ont le devoir de ne pas ternir l’image du pays qu’ils représentent (…). Enfin, l’AAIF  «souhaite vivement qu’elle surmonte rapidement ces moments difficiles, afin de préparer le plus sereinement possible le match contre le Nigéria et honorer l’emblème national  lors de la CAN. » - (IN BOTOLA)

 

ALG : Escapade de Raouraoua au Caire

PRESSE
Alors que ses relais médiatiques annoncaient des discussions serrées entre l'actuel gestionnaire de la FAF, Mohamed Raouraoua avec des éventuels sélectionneurs en Europe, comme Wilmots à Bruxelles, Le guen et Courbis à Paris et en Côte d'Azur, voilà que l'on apprend qu'il a effectué une escapade Trois jours au Caire pour assister à la finale de la Ligue d'Afrique des clubs champions. Selon le bi-hebdomaire algérien BOTOLA, Mohamed Raouraoua cherche à se rapprocher du président de la CAF, Issa Hayatou pour tenter de sauver sa place au CE de l'instance africaine, lors de la prochaine assemblée générale élective qui aura mieu en mars prochain à Addis Abeba. Plusieurs personnalités du football algérien dont Rabah Madjer, Rachid Mekhloufi et Salah Assad demande son départ de la FAF. Mohamed Raouraoua doit se présenter pour un quatrième mandat à la tête de la FAF.
 

MAR : Revirement de Hervé Renard

MEDIAS
Spectaculaire revirement de Hervé Renard, actuellement en poste au Maroc qui a déclaré : «Je pense que c'est surtout un terrible malentendu. Il n'y a pas de raison de parler d'un acte irresponsable. Tout ça a pris des proportions incroyables (...). Je le répète, ma mission est au Maroc et je n'ai eu aucun contact avec l'Algérie. C'est très clair.»
 
Plus d'articles...