Weblinks

MAR : Badou Zaki dit non à l'USMA

Eco/Medias - ECONOMIE

L'ex-gardien de but du Maroc et ex-sélectionneur, Badou Zaki (59 ans) ne sera pas à la tête de la barre technique de l’USM Alger la saison prochaine. « Je ne vais entraîner l’USM Alger. Le projet est tombé définitivement à l’eau. Je n’ai pas réussi à trouver un terrain d’entente avec les dirigeants de l’USMA sur certains détails concernant notre relation contractuelle. », a-t-il indiqué. Les dirigeants de Soustara sont sur d'autres pistes.

 

CAM : Ngoula perçoit 163.000$ du MC.Alger

Eco/Medias - ECONOMIE

Le défenseur camerounais Patrick Ngoula a perçu la somme de 163.000 dollars de son ancien employeur, le Mouloudia d’Alger. Cette somme (environ 2 milliards 800 millions) représentent les salaires impayés plus une pénalité de 5% infligée par la FIFA suite à la résiliation abusive du contrat de Ngoula. Ce dernier avait saisi la FIFA qui avait accordé un ultimatum au 6 mars au club algérien avant de le prolonger d’une vingtaine de jours pour payer le camerounais. Des doutes subsistent pourtant quant au statut d’international du défenseur Camerounais qui a été présenté comme avoir joué une seule fois avec les Lions indomptables.

 

 

ALG : Air Algérie attend ses paiements de 2014

Eco/Medias - ECONOMIE

Après la fameuse affaire de la puce Mobilis et la facture salée de 2 MDA laissée par l'ex-président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, une puce affectée à son mentor et ancien président de la fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, voici une autre affaire qui remonte à la surface. Celle des billets d’Air Algérie datant de … 2014 ! C’était l’année de la Coupe du monde au Brésil et l’euphorie atteignait son comble, notamment du côté de la FAF où l’on dépensait sans compter. Mais voilà, il y a quelques jours la FAF aurait été sollicitée par la compagnie nationale Air Algérie pour honorer une vieille dette, dont le montant n’a pas été révélé. Le plus curieux, c’est qu’au niveau de la FAF aucune trace de factures n’a été trouvée.

En fait, cette affaire en cache une autre, avec le Touring Club où la FAF (sous l’autoritarisme de Mohamed Raouraoua), avait un contrat avec cette agence, mais dont la gestion demeure très floue, notamment en matière de facturation. Des zones d’ombre sont révélées, même si la fédération ne veut rien communiquer là-dessus. Une chose est sûre : ceux qui cherchent des poux dans la tête d’un chauve, même s’il ne l’est pas encore, en l’occurrence le président de la FAF, Kheïredinne Zetchi, n’ont qu’à mettre leur hargne et leur poussée investigatrice dans la gestion antérieure de son prédécesseur. - (In BOTOLA)

 

CAF : Après le papy, le papa... le petit Fahmy

Eco/Medias - ECONOMIE

La CAF a annoncé la nomination d’Amr Fahmy (34 ans) au poste de secrétaire général de l’instance. Avant lui, son père Mustapha Fahmy (1982-2010) et son grand-père Mourad Fahmy (1961-1982) avaient occupé les mêmes fonctions. "De nationalité égyptienne, il a été proposé au Comité Exécutif par le président de la Confédération Africaine de Football, M. Ahmad, conformément aux dispositions statutaires. Le Comité Exécutif a marqué son accord pour sa nomination, au cours de sa session tenue ce 16 novembre 2017 à Rabat au Maroc", précise l’instance. Amr Fahmy a déjà travaillé à la CAF de 2007 à 2015 avant un intermède de 2 ans chez Lagardère Sport. En somme, il n'a jamais quitté la sphère de la Confédération Africaine de Football.

 

ALG : Le Cameroun a-t-il versé les 500.000 $

Eco/Medias - ECONOMIE

Mais qu’en est-il de l’a aire du forfait du Cameroun en match amical du 15 novembre 2011, contre l’Algérie à Alger ? Le dossier a-t-il été classé sans suite par l’ancienne direction de la FAF dirigée par le gestionnaire Mohamed Raouraoua pour ce qui est indemnités à percevoir ? On se souvient que la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) avait annoncé sur son site que la FAF, dirigée par l’ancien gestionnaire Mohamed Raouraoua, avait accepté «un arrangement à l’amiable» et le principe d’un dédommagement de 400.000 euros environ. Dans son communiqué, il était dit que «le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de football, bien que considérant que le préjudice moral et sportif causé demeure considérable, a accepté la proposition de la Fecafoot de payer environ 500.000 dollars au titre de dommages et intérêts subis par la décision de l’équipe nationale du Cameroun de ne pas se rendre en Algérie pour disputer ledit match». Il était dit également que «la partie camerounaise devra s’acquitter de cette somme suivant un échéancier qui s’étale entre décembre 2011 et mars 2012 ».
Depuis, lors des assemblées générales ordinaires de la FAF qui se sont succédées, à la lecture du bilan nancier, il n’a jamais été question de cette somme. Ses membres qui recevaient le document à la veille de la réunion n’ont jamais eu le temps de l’étudier correctement. A-t-elle était encaissée? Ne l’a-t-elle pas été ? Et dans ce cas, il importe à la nouvelle fédération présidée par Zetchi Kheïredinne de s’y intéresser de près, surtout si lors de son installation à la tête de la FAF, il n’a pas été informé sur ce dossier par l’ancienne direction. Interrogés par la rédaction de BOTOLA, nos confrères camerounais n’ont pu donner de réponses adéquates. Ils expliquent que la Fecafoot vit depuis plusieurs années une déstabilisation permanente et que le président de l’instance du football du pays, Mohamed Iya se trouve actuellement en prison pour «détournements de fonds». Peut-être que le seul moyen plausible d’une traçabilité reste la Banque centrale. Et naturellement l’arbitrage de la FIFA pour récupérer les 500.000 dollars. En ce temps de crise, c’est toujours bon à prendre. (BOTOLA)

 
Plus d'articles...
микрозайм на карту