scatvids.club javvids.com shemalecuties.top

Weblinks

TUN : Camus sous mandat d'arrêt

Eco/Medias - ECONOMIE

L’international tunisien Fabien Camus (33 ans) a été interpellé par la police belge et placé sous mandat d’arrêt pour "blanchiment d’argent et organisation criminelle". Cette arrestation intervient dans le cadre de l’opération "Mains Propres" alors que le football belge est secoué par une affaire de fraude et de corruption de vaste ampleur avec de possibles matchs truqués (le "footgate"). Camus est soupçonné d’avoir joué un rôle lors du controversé match entre Malines, où il évoluait la saison passée, et Waasland-Beveren (2-0) le 11 mars dernier.

 

ALG : La FIFA sanctionne la FAF de Raouraoua

Eco/Medias - ECONOMIE

Dans l’affaire du match Algérie – Mauritanie disputé en deux actes à Blida et en cachette au Centre technique de Sidi-Moussa en janvier 2017 durant la présidence de Mohamed Raouraoua à la FAF, la FIFA a tranché!. Elle a infligé à la FAF une amende de 5 000 Fr suisses plus 1000 autres comme débours de traitement de dossier, le tout assorti d’une mise en garde. Pour rappel, la FAF de Mohamed Raouraoua  (membre de la Commission des finances de la FIFA) a organisé ces matchs contre la Mauritanie sans autorisation de la CAF et de la FIFA, ce qui est inadmissible et condamnable. La décision de la FIFA est définitive et n’ouvre droit à aucun appel.

 

 

ALG : Une grave affaire Adidas en Algérie

Eco/Medias - ECONOMIE

 

A la fédération algérienne de football (FAF) on ne veut pas trop ébruiter le fameux dossier d’Adidas, dont le contrat a été signé avec la représentation de la marque aux trois bandes basée à Dubaï du temps de l'ancienne direction de Mohamed Raouraoua. Aujourd’hui, la FAF a lancé un appel d’offres en prévision de la fin de ce contrat, mais en même temps elle a saisi la maison- mère, Adidas International pour connaître les tenants et les aboutissants d’un contrat plein de zones d’ombre. A commencer, par les dotations annuelles de la FAF qui n’ont jamais été honorées pleinement (à 100%), mais tournant autour de 40% seulement. Autre zone d’ombre, c’est cette affaire de royalties qu’Adidas ne reverse pas à la FAF suite à la vente des produits estampillés équipe nationale, alors que cela devrait être de mise dans chaque contrat d’équipementier. D’autres questions demeurent en suspens, mais la FAF ne veut pas trop en parler - pour le moment - car en parallèle, elle tente de négocier en position de force pour revoir ce contrat. Sans parler du nouveau maillot des Verts proposé par le représentant Adidas à Dubai et qui ne sera jamais revêtu par les camarades de Mahrez en raison de sa mauvaise qualité et d’un design peu convaincant. D’ailleurs, l’année dernière, le manager Hakim Meddane s’est déplacé spécialement pour régler ce dossier, mais les choses n’avaient pas avancé d’un iota avec le représentant de cette firme à Dubaï. Une ville où des anciens membres de la FAF, du temps de Raouraoua, passaient faire leurs emplettes.- (In BOTOLA)

-

 

CM : 4 cartons qualifient le Japon

Eco/Medias - ECONOMIE

Battus 1-0 par la Colombie, les Lions de la Teranga du Sénégal sont éliminés du Mondial 2018 car devancés par le Japon à la 2e place du groupe H. Les deux équipes comptent le même nombre de points, la même différence de buts, la même attaque et le bilan des confrontations directes ne permet pas de faire la différence puisque les deux équipes se sont séparées sur le score de 2-2 dimanche. C’est donc un 5e critère qui est pris en compte pour départager les deux sélections : le classement du fair-play. Et à ce niveau, les Nippons devancent les Sénégalais avec seulement 4 cartons jaunes reçus contre 6 pour les Lions.

 

ALG : Pas de parachute doré pour Madjer

Eco/Medias - ECONOMIE

Contrairement à ce qui est dit ici et là, le contrat liant le sélectionneur national, Rabah Madjer et son staff (Meziane Ighil et Djamel Menad) à la fédération ne comporte aucune clause contraignante pour l’instance de Kheireddine Zetchi. En cas de départ ou de rupture de contrat les trois techniciens toucheront une indemnité équivalente à deux mois de salaire. Ce sont des règles en vigueur dans le monde entier qui ont fait dire à un membre du bureau fédéral que « la fédération peut se tromper mais apprend de ses erreurs et agit immédiatement dessus ». A l’évidence des personnes qui déshonorent au quotidien la profession de journaliste et qui sont entrés par effraction dans les rédactions sportives, sans aucune formation ont annoncé (même sur les plateaux TV), des sommes mirobolantes allant de 8 milliards illico, à une indemnité jusqu’à la phase finale de la CAN en 2019. Dans un tel contexte, ce n’est plus de la désinformation, c’est ni plus ni moins que de l’ignorance dont sont victimes en premier,  les lecteurs et téléspectateurs. – (IN BOTOLA)

 
Plus d'articles...