CAF : Le temps joue pour Jacques Anouma

Afrique - CAF

Le temps joue pour l’Ivoirien Jacques Anouma et il le sait. Aussi ne s'avoue-t-il pas vaincu à la suite du coup de force de Issa Hayatou (67 ans en 2013) qui a amendé les statuts de la présidence à la CAF.

Légaliste, Jacques Anouma va user et user son adversaire déjà malade, en tirant profit justement des statuts de la CAF. Ils ne disent pas clairement que les membres du Comité Exécutif de la CAF issus du quota de la FIFA, ne sont pas éligibles. Une première preuve. Ils doivent être 13 et ils le sont sans compter les deux membres cooptés (voir le site officielle de la CAF).

En attendant d’être saisi officiellement sur sa candidature, Jacques Anouma a le droit d'entamer une démarche juridique auprès du Tribunal arbitral du Sport. Il a 90 jours pour le faire et qui sait dévoiler le poker menteur de Issa Hayatou et de ses sherpas dont le cumulard Mohamed Raouraoua qui ne sera jamais à la tête de l'instance africaine (67 ans en 2013). Le candidat Anouma n'est pas seul. Un front de refus a vu le jour aux Seychelles pour barrer la route aux opportunistes et aux aventuriers de tous bords qui ont sali le football africain. Ils ont remplacé, faut-il le rappeler, les Slim Aloulou, Amos Adamu, Amadou Diakite exclus par la FIFA pour corruption et définitivement hors-jeu malgré le forcing d'Issa Hayatou pour les coopter au sein du CE de la CAF.