CAF : Hayatou et ses porte-flingues (HSO)

Afrique - CAF

Les porte-flingues du président de la CAF Issa Hayatou ne s’embarrasse pas d’expédients pour pousser les fédérations nationales à voter l’amendement des statuts, le 3 septembre en assemblée générale extraordinaire dans la perspective des élections présidentielles de mars 2013 au Maroc.

Les Badara Sène qui n’est pas membre de l’AG de la CAF, Almamy Kabélé (Guinée), Anjorin Moucharafou (Bénin), Constant Omari (Gabon) et Mohamed Raouraoua (Algérie) ont été chargés de recueillir des motions de soutien à la candidature d’Issa Hayatou. Ils ont remplacé dans le cercle fermé de la présidence, les Slim Aloulou, Amos Adamu, Amadou Diakhité, tous suspendus par la FIFA pour corruption.

Le bénininois Anjorin Moucharafou qui a maille à partir avec la justice de son pays se réjouit d’avoir recueillir plus de 47 voix sur un total de 53 fédérations nationales. Une manière peu cavalière de destabiliser tous ceux qui prônent le changement et la fin de la corruption qui gangrène l’instance du football africaine.

Issa Hayatou, fatigué, malade serait bien inspiré de s’entourer d’une nouvelle génération de dirigeants honnêtes et compétentes ou de céder sa place pour ne pas quitter la CAF dans la honte. Un premier  avertissement lui a été lancé par le CIO. La prochaine sanction lui sera fatal.