AFR : La CAF, un parti stalinien ? (HSO)

Afrique - CAF

Après vingt cinq ans de règne au sein de la CAF, El Hadji Issa Hayatou en lutte contre une grave maladie s'est laissé débordé par des individus sans vergogne. Ces derniers attirés par l'appât du gain et non par le développement du football continental tentent de transformer l'organisme africain en un parti stalinien où seuls les membres du "politburo" sont désignés à la présidence. Et où les porte-flingues font la loi par la menace et l'intimidation.

La proposition d'amendement des statuts de la CAF par l'opportuniste et cumulard Mohamed Raouraoua est un jalon de plus vers l'autoritarisme. Elle tente d'empêcher une quarantaine de membres de pays de l'instance africaine de se porter candidats à la présidence lors de l'assemblée générale du 3 septembre qui se tiendra aux Seychelles. Parmi eux, des pays membres fondateurs de la CAF comme l'Egypte et l'Ethiopie. Des puissances régionales comme la Côte d'Ivoire, le Sénégal, le Nigeria, l'Angola.

La FIFA a bien tenté de mettre de l'ordre en excluant pour corruption de la planète football, certains membres qui gravitaient autour d'Issa Hayatou notamment le Tunisien Slim Alloulou, le Nigérian, Amos Adamu, le Malien Amadou Diakhité mais à l'évidence d'autres individus les ont remplacé.