ITW : Hervé Renard n'a pas oublié l'USM. Alger

Mondial/Can - CAN

Le sélectionneur de la Zambie, Hervé Renard s’est longuement entretenu à Bata puis à Libreville avec Bessol Nazim (envoyé spécial de Footafrique.com). Il parle de cette fascination qu’il a pour le poste de sélectionneur, sa finale de la CAN, dimanche contre la Côte d’Ivoire et de … l’USM. Alger.

 

Footafrique.com : La finale de la CAN contre le Ghana aura lieu dans quelques heures. La Zambie est-elle prête ?

H. Renard : Comme nous le sommes depuis le début de la competition. Nous vivons un rêve et nous voulons le poursuivre jusqu’au bout. Nous nous sommes jamais sentis aussi bien. C’est une  semaine magique et la plus extraordinaire. En tant que sélectionneur, je suis persuadé d’avoir franchi un nouveau palier. Je ne suis jamais arrivé aussi loin dans le tournoi. La Coupe transcende. Mes joueurs sont hypermotivés pour battre la Côte d’Ivoire et rentrer avec le trophée.

Footafrique.com:Vous vous êtes rendus sur les lieux du crash de l’avion transportant l’équipe Zambienne en 1993. Est-ce une motivation supplémentaire ?

H. Renard : Nous avions coché sur notre agenda la date du l2 février avant même de nous rendre à la CAN et nous nous sommes donnés rendez-vous à Libreville. C’était aussi pour venir rendre hommage aux victimes de ce tragique accident. C’était un double challenge. En cas d’échec, nous serions rentrés directement à Lusaka.

Footafrique.com : Après un bref passage en Angola et à Alger, vous êtes retourné en Zambie. Comment avez-vous retrouvé l’équipe ?

H. Renard : Différente parce que chaque entraîneur à sa philosophie. Il a fallu du temps, et il y’en avait pas beaucoup pour que je remette en place les choses telles que je les conçois. Les joueurs n’ont pas rechigné à la tâche et comme ills étaient animé d’un fort esprit collectif, cela a marché. C’est avant tout une victoire de la Zambie et non celle de Renard, de Katongo (ndlr-capitaine d’équipe) ou de quelqu’un d’autre.

Footafrique.com : Que choisiriez-vous  entre une qualification pour le Mondial, qui serait une première pour la Zambie, et une finale de la CAN ?

H. Renard : Le trophée ! oui le trophée ! c’est quelque chose qui reste toute un vie.  Une empreinte indélibile. La qualification pour le mondial aussi, mais qui sait si la Zambie ne va pas se qualifier pour le Mondial ?  Nous avons bien battu nos futurs adversaires le Ghana et le Soudan durant cette CAN.

Footafrique : Avez-vous gardé des contacts avec l’USM.Alger ?

H. Renard : Oui bien sûr. Le president Ali Haddad m’a envoyé un e-mail de félicitation, lui et son frère Rebouh. Nos relations sont excellentes et elles resteront toujours des amicales. Lorsque je suis arrivé à Alger, ils ont pris soin de moi comme un frère « Khoya », comme ont dit en Algérie et je m’en souviendrai toujours.

Footafrique.com : Pourtant vous n’avez pas hésité à quitter le club ?

H. Renard : Les dirigeants de l’USM. Alger le savaient et le contrat était claire. Sans la clause libératoire en cas de sollicitation par une sélection nationale, je ne serai pas aller à l’USMA. C’était une condition indiscutable pour moi.

Footafrique.com : Les supporters de l’USMA, vous ont pardonné, ils sont tous derrière vous.

H. Renard : Je les remercie. Sincèrement, j’ai été très bien accueilli à l’USMA et reçu énormément de messages de félicitations et d’encouragement notamment de la part Billel Dziri. Je ne manquerai pas de dédier ce trophée aux supporters de Soustara.

Footafrique.com : Vous avez fait la navette en Zambie, pensez-vous à un éventuel retour à l’USM.Alger ?

H. Renard : Vous savez dans la vie, il ne faut jamais dire jamais.

Propos recueillis à Libreville par Bessol Nazim.