Le Journal de la CAN (B. Nazim)

Mondial/Can - CAN

Envoyé spécial à Libreville : B. Nazim


Rolland Courbis apporte son soutien à Amara Traoré

Le conseiller spécial de l’équipe du Niger, Rolland Courbis estime que le Sénégal ne devrait pas virer son entraîneur qui, selon lui,  « n’est pas le principal responsable» de l’élimination de la CAN 2012. « Le Sénégal a joué un match à pile ou face sur un terrain où les flaques d’eau ont été les premiers défenseurs», a expliqué Rolland Courbis qui a ajouté que  de l’avis même des joueurs «Amara Traoré a fait du bon boulot et qu’il est capable de faire progresser».

 

Denis Lavangne à la CAN mais sans contrat

Le sélectionneur des Lions indomptables, Denis Lavagne toujours sans contrat avec la fédération camerounaise  (Fecafoot), fréquente assidumment “au noir” les stades de la CAN 2012. Il était dans les tribunes du stade de Bata (Guinée Equatoriale) pour superviser la Libye, prochain adversaire des Lions lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, en juin prochain à Tripoli pour le compte de la deuxième journée.  Le technicien français ne perd pas espoir de signer après la CAN son contrat même si le capitaine Samuel Eto’o a juré d’avoir sa tête.

 

Une pétition pour rendre les badges aux deux journalistes tunisiens

Une pétition circule au sein des journalistes accrédités à Libreville pour lever la sanction contre les deux reporters-photographes tunisiens qui ont été interdit de badges pour avoir déjoué l’attention des agents de sécurité et pénétré sur la pelouse du stade de l'amitié lors du Tunisie - Maroc (2-0). Les deux reporters-photographes tunisiens Mehrez Toujani et Hassen Edine Manoubi (fils du légendaire photographe au sombrero et père de la photo sportive africaine) photographier risquent d’être renvoyés dans les prochaines heures.  Les journalistes restent mobilisés et préparent des banderoles,qui vont faire réfléchir certains membres de la CAF.

 

Jour férié à Libreville quand les Panthères du Gabon joue

Le président de la Répubique du Gabon, Ali Bongo, a décrété jour férié, chaque rencontre des Panthères du Gabon durant la CAN. Ils étaient 45.000 spectateurs au stade contre le Niger (2-0), ils seront certainement beaucoup plus contre le Maroc et en cas de victoire nul doute que Libreville sera en fete jusqu’au petit matin. Un peu partout, dans les maquis, des orchestres ont été “requisitionnés” pour faire danser la population.