ALG : Une lettre ouverte à méditer

Maghreb - ALGERIE

A la suite du différend qui oppose à la fédération algérienne le président de l’Itihad Rhiadi Madinet Bel Abbès (IRMBA) a adressé une lettre ouverte à son  gestionnaire Mohamed Raouraoua dont copie a été transmise à la CAF, à la FIFA, à l’UAF et à l’UNAF. Footafrique.com s’est permis de diffuser une partie seulement de cette lettre pour des contingences techniques. Certains media salgériens ont exploité cette lettre.

Il nous suffit de réactiver les dossiers en notre possession, (que la FAF a refusé volontairement de transmettre à la FIFA : ce qui est une preuve irréfutable de culpabilité) d’user des prérogatives que nous confère l’article 108/B du code disciplinaire de la FIFA en les transmettant aux autorités juridictionnelles de la FIFA (discipline et éthique) pour obtenir à votre encontre une interdiction d’exercer toute activité liée au football.

La corruption étant imprescriptible, les infractions sanctionnables qu’elles aient été commises intentionnellement ou par négligence ; surtout que ces faits patents et avérés ont été reconnus et qualifiés en tant que tels par vos avocats conseils. Il vous est donc impossible de vous disculper.

Tous ceux qui, statutairement et réglementairement dotés d’un pouvoir de décision qui ont failli à leur mission doivent être radiés de leur qualité de membre de l’assemblée générale, puis exclus des fonctions qu’ils occupent dans les organes de la FIFA et de ces démembrements.

Lorsque l’on paye avec l’argent sale de Khalifa le désistement d’un adversaire, candidat à l’élection au poste de président de la FAF pour qu’il se retire à votre profit est indubitablement un acte de corruption contraire aux principes éthiques fondamentaux universels.

Lorsque l’on transporte le président de la FIFA Joseph Blatter et celui de la CAF Issa HAYATOU dans le jet privé de Khalifa ; que l’on organise en leur honneur une soirée mondaine au Sheraton qui aurait coûté quelques milliards  de centimes au contribuable dans le seul but de les réconcilier suite à leur brouille ; que l’on fait bénéficier gracieusement tout ce beau monde de billets d’avion sur le vol Alger- Bamako pour aller assister à l’inauguration de la CAN 2002, puis Alger Paris ;  c’est encore une situation de conflit d’intérêt interdit par la Charte Olympique et le Code d’éthique de la FIFA.

Si pour des raisons d’accointances récompensant des privilèges occultes accordés à ses hauts dignitaires, la FIFA venait à violer ses obligations statutaires en ne veillant pas à faire respecter les règles qu’elle fixe, il nous restera toujours la possibilité de recourir aux commissions exécutive et d’éthique du CIO. Et ce n’est pas tant la valeur de ces cadeaux pécuniaires qui nous dérange, mais c’est bel et bien la bassesse de l’acte qui est répugnante, d’où l’impérieuse nécessité pour la FIFA de songer à nettoyer ces écuries d’Augias.

En application de l’article 7 du code d’éthique, l’acceptation de cadeaux pécuniaires sous quelque forme que ce soit est interdite. En outre les officiels qui ne se distinguent plus par une conduite de grandes moralité et d’intégrité absolue doivent se voir retirer des fonctions qu’ils occupent au sein de la FIFA et de ses démembrements. Alors, évaluez à leurs justes proportions les risques encourus : comparez ces actes de corruption à la mésaventure survenue à ce pauvre Botsawanais exclu du CE de la FIFA, pour avoir vendu des billets d’accès au stade lors de la CM de 2006. Comme l’habit d’Arlequin ne fait pas le moine, le roi de l’esbroufe  ne peut pas indéfiniment continuer à duper son monde.

Comment peut-on s’approprier la paternité de la loi de la FIFA sur la double nationalité alors que cette réflexion a été initiée par la commission du statut du joueur réunie à Zurich le 31/10/2002 sous la présidence du Tunisien Slim Aloulou ?

Il est hors de question que nous vous laissions réussir la perversion de transformer vos débâcles en triomphes. Nous vous devons nos éliminations des CM de 2002 et 2006 avec les mémorables déculottées reçues face au Gabon et au Nigeria. Nous vous devons nos déculottées face au Malawi et à l’Egypte, celles reçues face à la Serbie, à l’Irlande du Nord, à la RCA. Quant à notre qualification à la CM 2010, nous la devons exclusivement au génie de son excellence Monsieur le Président de la République et à l’opération Oum Dormane

En acceptant de jouer le match du Caire à la date prévue et avec le nombre de nos blessés, vous avez hypothéqué nos chances alors qu’il vous suffisait de faire valoir les dispositions des articles 65 et 66 du CDF pour délocaliser le match.

(Le Président de l'IRMBA - MOHAMED BENKADA)

 
микрозайм на карту