CAF : Ahmad et le match Gambie-Algérie

Mondial/Can - CAN

 

 

Le président de la CAF, Ahmad Ahmad a suivi à partir du
Caire minute par minute, en compagnie de son Conseiller
en com’, El Hadi Hamel, le déroulement du match Gambie-
Algérie (1-1). C’est lui en personne qui aurait décidé de ne
pas annuler la rencontre. Il aurait instruit le Commissaire
du match sur les décisions à prendre et surtout du rôle que
devait tenir les dirigeants gambiens, notamment en exigeant
une forte présence des services de sécurité. Le président
de la CAF est passé outre la réglementation craignant un
envahissement de terrain et par la même la sécurité des
joueurs algériens. Cela dit, la CAF n’exclut pas des sanctions
lourdes contre la Gambie techniquement et financièrement.
Techniquement par la perte du match et financièrement par
une grosse amende. De son côté, la FAF comme l’a précisé
son président, Zetchi Kheïreddine, transmettra un dossier à
la CAF et attendra sereinement le verdict. En acceptant de
jouer, la FAF a mis en pratique une formule connue et efficace
: « On paie les impôts et ensuite on les conteste » .
– ABL
Le président de la CAF, Ahmad Ahmad a suivi à partir du Caire minute par minute, en compagnie de son Conseiller en com’, El Hadi Hamel, le déroulement du match Gambie- Algérie (1-1). C’est lui en personne qui aurait décidé de ne pas annuler la rencontre. Il aurait instruit le Commissaire du match sur les décisions à prendre et surtout du rôle que devait tenir les dirigeants gambiens, notamment en exigeant une forte présence des services de sécurité. Le président de la CAF est passé outre la réglementation craignant un envahissement de terrain et par la même la sécurité des joueurs algériens. Cela dit, la CAF n’exclut pas des sanctions
lourdes contre la Gambie techniquement et financièrement. Techniquement par la perte du match et financièrement par une grosse amende. De son côté, la FAF comme l’a précisé son président, Zetchi Kheïreddine, transmettra un dossier à la CAF et attendra sereinement le verdict. En acceptant de jouer, la FAF a mis en pratique une formule connue et efficace : « On paie les impôts et ensuite on les conteste » . – ABL (IN BOTOLA)