CAF : La liquidation de Raouraoua par Hayatou

Afrique - CAF

Les langues commencent à se délier sur le catastrophique résultat de l’ancien membre du CE de la CAF, Mohamed Raouraoua lors de la 39 eme Assemblée générale élective de mars 2017 à Addis Abeba. Il a perdu son siège, battu à plate couture par le Marocain Faouzi Lekjaa par 41 voix contre 7. Des fakes news à l’époque distillées par certains médias nationaux pour une consommation interne, a base de «sources autorisée ou de sources proches » avaient annoncé que l’ex- président de la CAF, le Camerounais Issa Hayatou avait donné son feu vert pour que l’Algérien fasse partie de son équipe pour un nouveau mandat. Or, la vérité semble être est toute autre.

Le président de la CAF qui n’avait pas prévu sa violente chute, projetait une fois élue, de quitter la présidence de l’instance continentale après la CAN 2019 que son pays devait organiser. Il avait même choisi dans le secret, son dauphin : le malien Amadou Diakité, surnommé le «Talleyrand», mais une rumeur lui parvenait alors aux oreilles, selon laquelle, Mohamed Raouraoua possédait un vrai-faux document officiel avec une date de naissance qui l’autoriserait à se porter candidat en 2019 à la présidence de la CAF. Il n’aurait pas atteint les 70 ans, conformément aux statuts de l’institution continentale. Hayatou aurait vu rouge.

Qui a lancé cette rumeur alors que le sort de l’Algérien était scellé en septembre 2014 avec l’attribution de l’organisation de la CAN, au Cameroun (2019), Côte d’Ivoire (2021) et Guinée (2023) alors que  l’Algérie grandissime favorite en était exclue ? Un signe qui ne trompe pas. S’agissait-il d’un coup tordu ? Lors de la 39eme Assemblée générale élective de 2017, les hommes de l’ex-président décidaient d’écarter définitivement Mohamed Raouraoua. Certains d’entre-eux, le présentant même comme l’homme des chouyoukh de l’UAFA dont l’objectif est de court-circuiter la CAF et ils ont trouvé en la CECAFA (1) et ses douze membres un allié de poids. 

Au final, si l’équipe d’Issa Hayatou a été décimée et obtenait au maximum une vingtaine de voix à l’image d’Amadou Diakité, Mohamed Raouraoua se retrouvait avec 7 voix. Son poker menteur s’avérait être un échec surtout qu’il avait appelé à voter Issa Hayatou. Il a permis au Marocain Faouzi Lekjaa qui a joué la carte du Malgache Ahmad Ahmad de ramasser la grosse mise. Aujourd’hui, l’Algérien fait le forcing pour quémander une place comme membre d’honneur de la CAF. Dans son ordre du jour de l’AGEX de septembre prochain, il est question d’en nommer quelques-uns. En homme pieux, Ahmad Ahmad sait pardonner, mais il y a le CE et des voix se sont faites entendre. Elles veulent barrer une nouvelle fois, la route à Mohamed Raouraoua et Issa Hayatou. Qui sait ? - AB. LAHOUARI (IN BOTOLA)