ALG : Le putsch sauvage déjoué contre Zetchi

Eco/Medias - MEDIAS

Alors que l’Algérie fêtait le 63ème anniversaire du déclenchement de la glorieuse révolution de novembre 1954, des loups sont sortis du bois pour mener un putsch contre le président de la Fédération Algérienne de Football (FAF) Kheireddine Zetchi et son Bureau Fédéral à l’hôtel Marriott de Constantine. Ce soir-là, veille également de la finale de la Super Coupe d’Algérie, le maître de cérémonie, Mahfoud Kerbadj, président de la Ligue de Football Professionnel (LFP), avait sonné le rappel de plusieurs présidents de ligues et autres invités, dont plusieurs membres de l’assemblée générale de la FAF. Parmi les convives, des anciens membres de l’ancienne direction dont Khelil Hammoum, ex- président de la commission fédérale d’arbitrage. Une présence guère fortuite. Il avait comme mission de ramasser le maximum de signatures pour la convocation d’une assemblée générale extraordinaire.

Cette opération stupide, dont l’instigateur est connu et qui n’a pas digéré totalement son exclusion tout à fait démocratique de la famille du football, Hammoum Khelil, un vétérinaire qui n’a jamais su faire la différence entre une vache et un sifflet et qui de surcroît n’est plus structuré au sein des instances a été chargée de la réaliser. Mal informé du nouveau rapport de force au sein du football algérien, il a sollicité le président de la Ligue de Béchar dans sa chambre en lui demandant de se munir de son cachet et de sa griffe pour signer ue pétition. Mais ce dernier, sentant le coup tordu, a alors alerté immédiatement, Amar Bahloul et Rachid Gasmi, tous deux  membres élus du bureau fédéral et chargé des relations. Leur réaction ne s’est pas faite attendre.

Devant les caméras de plusieurs télévisions privées, Bahloul a menacé Hammoum et consorts d’une confrontation avec les personnes sollicitées, ce qui a obligé Kerbadj, qui se trouvait avec Mohamed Mecherara (tiens ! tiens !!!!, il n’a pas oublié l’ami de 40 ans) et Hamid Haddadj, de calmer le jeu. Mais le scandale ne pouvait plus passer inaperçu et les autorités informés n’ont pas voulu cautionner par leur silence, cette énième action destabilatrice. Le ministre de la jeunesse et des sports, El-Hadi Ould Ali, a dénoncé ces comportements vils et ses attitudes qui confirment, preuves à l’appui, que le complot contre Zetchi n’est pas une vue de l’esprit, mais une amère réalité. Au Bureau Fédéral de réagir pour mettre fin à ces tentatives dont certains médias y font des choux gras et donnent une mauvaise image du football national à l’étranger. (IN BOTOLA)

 
микрозайм на карту