UAF : Raouraoua, ambassadeur à la CAF ?

Afrique - CAF

Décidemment, Rabah Madjer fait des jaloux. L’ex-gestionnaire de la FAF, Mohamed Raouraoua qui a conservé son poste au sein de l’Union Arabe de Football (UAF) et qui risque de le perdre dans les prochains mois, aurait proposé à celle-ci, la nomination d’un ambassadeur officiel chargé des relations avec la nouvelle gouvernance de la Confédération Africaine de Football (CAF), dirigée par le Hadji Ahmad Ahmad. Les Chouyoukh présidés par le Prince saoudien Turki Bin Khalid auraient approuvé cette initiative (tiré de l’histoire du cheval de Troie) qui prévoit même un siège au Caire, vu les bonnes relations actuelles qui existent entre l’Egypte et l’Arabie séoudite, principale pourvoyeuse de fonds de l’UAF. Le dossier pourrait être étudié par le Comité Exécutif  de la CAF qui le présentera (en cas d’accord) au Congrés pour adoption.

Toutefois, on croit savoir que Mohamed Raouraoua  est totalement «grillé» et n’a aucune chance que sa candidature soit agrée par les différentes organes de l’instance africaine. Il lui est reproché d’avoir été complice dans « l’amendement de la honte » qui accordait aux seuls membre du CE de se présenter à la présidence, durant l’ère Issa Hayatou. (Il a été d’ailleurs condamné par les urnes et remplacé par le Marocain Fouzi Lekjaa, lors du vote de l’AG à Addis Abeba). Un amendement qui a été balayé par les partisans de la démocratie sportive lors du symposium de Rabat. On croit savoir également que la CAF exigerait que l’ambassadeur n’ait pas été lié avec l’ancienne direction. En somme, un jeune dirigeant qui soit en phase avec la nouvelle orientation donnée par la nouvelle génération au pouvoir, au football africain. Et il y en a ! (IN BOTOLA)

 
микрозайм на карту