CAF : Ahmad Pour une transparence financière

Afrique - CAF

Au cours d’un bref entretien téléphonique avec BOTOLA, le candidat à la présidence de la Confédération Africaine de Football (CAF), le Malgache Ahmad Ahmad a annoncé que la campagne pour la conquête du siège du Caire est lancée. « C’est parti ! Mon programme est prêt, mon planning de travail également. Je vais prochainement organiser une conférence de presse pour dévoiler les principaux points de la réforme que je vais engager au niveau du football continentale ». Membre du CE de la CAF et président de la fédération malgache de football, Ahmad Ahmad a obtenu le soutien des pays du COSEFA qui regroupe 14 fédérations nationales. «Je ne suis pas seul. Il y a non seulement la zone de l’Afrique Australe qui m’apporte son aide (ndlr- 12 pays sur 14), mais également toutes les fédérations qui veulent du changement dans la gouvernance du football continental», a indiqué le candidat à la CAF qui participe activement à la vie politique de son pays en tant que sénateur. Ulcéré par la candidature de Ahmad Ahmad, qu’il considère comme un crime de lèse majesté, le Camerounais Issa Hayatou qui dirige la Confédération continentale depuis 1988 (soit huit mandats), comme un bien personnel, n’a pas manqué de réagir brutalement comme il l’a déjà fait avec l’Ivoirien Jacques Anouma (1). Il a enlevé à Madagascar l’organisation de la CAN des U17 pour la donner au Gabon.

LE PROGRAMME DANS LES PROCHAINS JOURS

Une décision inique qui a soulevé un tollé puis il a menacé le COSEFA des pires sanctions, si son président, le milliardaire zimbabwéen, Phillip Chiyangwa, venait à inviter les dirigeants des fédérations nationales à la fête qu’il comptait donner à Hararre. En revanche, Issa Hayatou ne s’est pas privé de se servir du site de la CAF pour annoncer le soutien que lui aurait apporté le président de l’Afrique du Sud. Devant une telle situation qui montre combien le Camerounais est paniqué, le candidat Ahmad qui ne cherche guère la confrontation, garde l’espoir de rallier « tous ceux qui croient en la démocratie sportive ». Il ne cache pas son ambition d’apporter de profonds changements basés sur la rénovation de l’instance continentale : « Je compte faire de la CAF, la maison de toutes les associations nationales ou les 54 pays seront concernés (par exemple) pour le recrutement du personnel. Une transparence financière draconienne sera imposée et je mènerai une lutte sans merci contre le pillage des jeunes talents dans notre continent », a souligné le candidat en dévoilant quelque peu les grandes lignes de son programme qu’il rendra public dans les prochains jours.

AB. LAHOUARI (IN BOTOLA)

(1) Hayatou et le CE de la CAF ont transgressé les réglements de l’instance continentale pour éliminer Jacques Anouma, alors membre du CE de la FIFA, le déclarant comme n’étant pas membre de leur organe, sous prétexte qu’il ne pouvait pas cumuler. Il avait commis le sacrilège de vouloir se présenter contre le Camerounais. –BO