LIB : La revanche de Bility sur le CE de la CAF

Afrique - LIBERIA

C’est avec un large sourire que le président de la Fédération libérienne de football, Musa Bility (48 ans) s’est porté officiellement candidat à la présidence de la FIFA dont l’élection aura lieu entre décembre 2015 et mars 2016. En l’annonçant, il prenait, au nom des rénovateurs du football africain, une incroyable revanche sur l’amendement de la «Honte», un acte anti-démocratique, présenté par Raouraoua III et sur … le président de la CAF, Issa Hayatou. Il a fait coup double. Et pour cause :   1. Cet amendement qui l’empêchait de postuler pour la présidence de la CAF – il faut être membre de son Comité Exécutif - ne figure pas dans les statuts de la FIFA et donc, il était en droit de postuler. 2. Issa Hayatou est pris dans son propre piège. Il ne pourra pas présenter un bloc africain uni, comme il a tenté de le faire avec Joseph Blatter, s’il cherche à lui barrer la route.

Cet homme d’affaires, diplômé en économie croit à sa belle étoile et ne cache pas ses ambitions : « C’est dans ce genre de moments que de grands leaders émergent", a-t-il confié. Il se voit grand – sauf devant son compatriote, le ballon d’or et sénateur Georges Weah - et il se présente comme un authentique démocrate. « "Les gens savent que je suis audacieux, franc et très opiniâtre. Je dis les choses comme elles sont, je ne recule pas et je pense que cela m’a apporté un peu de respect." Audacieux, il l’a prouvé lors du Congrès extraordinaire de la CAF aux Seychelles en s’opposant ouvertement contre l’amendement de la «Honte » qui a permis à Issa Hayatou d’être l’unique candidat à sa succession en 2013. Certes, rien n’est joué encore. Musa Bility qui est à la tête du football libérien depuis 2010 et qui a été radié par la CAF pour ses appels au changement, n’a pas l’expérience nécessaire pour diriger la FIFA, mais par cette candidature, il a prouvé que la relève pour des reformes en profondeurs à la CAF est bel et bien là.

AB. LAHOUARI - IN BOTOLA