SENEGAL

CM : La Mauritanie veut accueillir le Sénégal

Afrique - SENEGAL

La Fédération mauritanienne de football ‘’recevra avec plaisir’’ l’équipe nationale du Sénégal si la Fédération sénégalaise de football (FSF) décide d’y faire jouer ses matchs de qualification à la Coupe du monde 2014, a annoncé à l'APS son président Ahmed Ould Yahya. ‘’Nous n’avons pas été officiellement sollicités mais ce serait un honneur de pouvoir accueillir les matchs des Lions’’, a déclaré Ahmed Ould Yahya.


Le jury disciplinaire de la Confédération africaine de football (CAF) a suspendu pour un an le stade Léopold Sédar Senghor, la seule infrastructure nationale pouvant accueillir les matchs des Lions.

Avec cette suspension, le stade Léopold Sédar Senghor ne pourra accueillir aucune rencontre éliminatoire de la coupe du monde 2014.

L’équipe nationale jouera contre l’Angola dans la dernière semaine du mois de mars prochain en éliminatoire de la coupe du monde 2014.

 

SEN : Diack soutient Senghor

Afrique - SENEGAL

Dans un entretien accordé au journal sénégalais  "l’Observateur", le président de l’IAAF Lamine Diack n'a pas caché son courroux sur la volonté du gouvernement de destituer l'actuel président de la fédération de football Me Augustin Senghor. «Si le gouvernement appelle les gens à démissionner, c’est qu’il n’a rien compris. C’est une hérésie, une connerie», a-t-il souligné.

Sans langue de bois, Lamine Diack, ancien Directeur technique national (DTN) du football, ancien Commissaire général (ministre) aux Sports, l’actuel président de la Fédération mondiale d’Athlétisme (IAAF) martèle avec force : «Si j’étais à la fédération, je ne démissionnai pas. La fédération ne doit pas le faire parce qu’on a perdu contre la Côte d’Ivoire...». Se refusant à apprécier le bilan de la Fédération sénégalaise de football (FSF) sur la base de ce seul match des Lions contre les Eléphants de Côte d'Ivoire, le patron de l’athlétisme mondial a signalé que «l’équipe nationale olympique s’est bien comportée à Londres (JO 2012). Elle  été battue par le Mexique, qui a remporté le tournoi». Et d’interroger si cela n’est pas positif.

Ce qui, de l’avis de Lamine Diack, aurait expliqué une démission logique de la FSF, c’est le cas où «on n’avait plus de championnat, une Coupe du Sénégal, une Coupe de la Ligue etc.». Autant de motifs de satisfaction à l’actif de la FSF, selon M. Diack. Quant aux sommes colossales que l’Etat injecte dans le football et qui, de son point de vue, n’a pas produit les résultats escomptés, Lamine Diack est formel : «C’est son rôle. Ce n’est pas la première fois que le Sénégal met de l’argent en équipe nationale (de football), mais il ne met rien dans les autres sports. Pour un match amical, on dépense 200 millions. Si ce n’est pas le rôle de l’Etat, il ne connaît pas le sien». L’ancien président du Jaraaf de Dakar affirme que «ce n’est pas une question d’argent, mais d’engagement».

Quant à la position du président Senghor par rapport à l’organisation continentale du football (la Caf), et qui aurait valu au Sénégal des réprimandes de celle-ci, Lamine Diack estime que le patron du football sénégalais se demande «pourquoi Augustin Senghor devrait-il consulter l’Etat du Sénégal» pour dire oui ou non, si on lui demande s’il est d’accord ou pas». Et si c’est pour cette raison que «l’on veut le sacrifier pour faire plaisir à la CAF, c’est que nous sommes devenus de pauvres types. Si c’est cela, nous sommes tombés très bas». (-Avec l'Observateur)

.

 

SEN : Senghor pour un sénégalais à la CAF

Afrique - SENEGAL

Les dirigeants du football sénégalais ont pour ambition de faire élire un des leurs dans les instances de décision du football continental et mondial, a annoncé le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor.''Notre ambition n’est pas de faire élire quelqu’un, mais de faire de telle sorte qu’un des nôtres, un dirigeant sénégalais, puisse être présent dans les centres de décision à la CAF et/ou à la FIFA'', a dit Me Senghor, invité de l’émission Rétrosports de la radio privée Sud FM.

 

SEN : Badara dans le trou sans sifflet

Afrique - SENEGAL

"Le système arbitral sénégalais" conçu par Badara Mamaya Sène, le désormais ex-président de la Commission centrale des arbitres va tomber comme un château de sable malgré ses appels et menaces au boycott des arbitres pour le championnat national. Il traîne un lourd dossier et cette fois-ci, son mentor Issa Hayatou ne pourra pas le protéger.

Un arbitre fédéral a attaqué frontalement les agissements du "système arbitral Badara" qui s’appuie surtout sur sa position au sein de la CAF où il est un des chiens de garde du président Issa Hayatou. Selon cette arbitre qui dénonce sous couvert d’anonymat, le mouvement pro-Badara, la décision de boycott ne fait pas l’unanimité.

« Ces individus qui constituent ce groupe de frondeurs « restreint », sont dit-il les arbitres de la bastion de Badara Sène. Ce sont des gens sous ses bottes, qu’on retrouvent tous les jours devant sa porte », a-t-il précisé. Et d’ajouter : « Ce groupe là, ne représente rien. Ce à quoi il (Badara Sène) s’attend, c'est-à-dire le boycotte du championnat, est une cause perdue d’avance. Parce qu’il y a une bonne partie des arbitres qui sont prêts à officier les compétitions de la fédé », renseigne t-il.

Pour cela, justement, notre radar informe qu’ils (les arbitres non frondeurs) n’attendent que « l’appel de Maître Augustin Senghor » pour agir. Revenant sur la démission de l’ex-patron des arbitres, notre source souligne que de toutes les démissions, celle de leur ex-mentor était la plus attendue par leur corporation. « Ce type (Badara) a réussi à mettre tout le monde de son côté, de gré ou de force. Le principe était très simple. Si tu es son adversaire, tu ne pourras pas arbitrer, même en championnat. Il avait terrorisé tous les arbitres.

La preuve, durant tout son magistère, personne n’osait se présenter contre lui. On n’avait même plus besoin de tenir les AG. Parce qu’il n’avait pas d’adversaire » a-t-il révélé. En conclusion, notre source a fait remarquer que le règne de l’ex-président du CCA est terminé. « Il avait pris « Il avait pris le football de notre pays en otage. Sa démission est une bonne chose pour l’avenir de notre football » - (avec  Issiaka Touré de Rewmi Quotidien)

 

 

 

 

SEN : La FSF pour un football moderne

Afrique - SENEGAL

La Fédération sénégalaise de football (FSF) présidée par Me Augustin Senghor a réitéré à la suite de la réunion de son Comité exécutif élargi, sa disponibilité de toujours cheminer avec l’Etat, afin d'ériger ''un football moderne et performant''.

‘’Les délégués présents, unanimement et après avoir recueilli les avis de leurs mandants, ont réaffirmé leur disponibilité totale à l’égard de l’Etat du Sénégal pour une synergie d’actions dans la gestion du football sénégalais, dans une parfaite entente’’, indique la résolution publiée à l’issue de la rencontre.

Le Comité exécutif de la FSF souhaite ‘’dans les plus brefs délais’’ rencontrer les autorités de la République, le nouveau ministre des Sports, le Premier ministre et le président de la République. 

- APS

 
Plus d'articles...
микрозайм на карту